samedi 2 janvier 2016

Faites La Connaissance De Stumpy!


Si son histoire est si touchante, ce n'est pas tant parce que cette orque mâle est handicapée, mais c'est surtout parce qu'elle montre l'incroyable solidarité qui existe entre les orques.


C'est en 1996 que des chercheurs découvrent le jeune épaulard, dont la nageoire dorsale est coupée et la colonne vertébrale déformée, dans un fjord norvégien. Selon toute vraisemblance, le handicap de celui qu'ils nomment alors "Stumpy" ("courtaud") résulte d'une collision avec un bateau. Il est alors âgé d'un an environ. Les scientifiques ne le revoyant pas pendant de nombreuses années, et étant donné son état, ils le crurent mort. Il faudra attendre 2002 pour que Stumpy réapparaisse dans les eaux norvégiennes.

Etonnamment, Stumpy n'est pas resté dans son pod d'origine aux côtés de sa mère, mais il va de groupe en groupe et se fait nourrir par ses congénères. Son état ne lui permettant pas de chasser, d'autres orques semblent se relayer afin de lui fournir des proies et lui permettent ainsi de survivre. Les biologistes marins ont identifié au moins cinq pods différents qui aident Stumpy, partageant avec lui les harengs qu'ils chassent. Un jour, la cétologue Tiu Similä vit deux femelles fendre les vagues et apporter un hareng chacune à Stumpy: "Les autres orques savent que Stumpy a besoin d'aide, et ils l'aident."


Leurs égards envers Stumpy ne s'arrêtent pas là: les autres orques le protègent également des bateaux en le tenant à l'écart lorsqu'ils passent. 
Il est probable que la jeune orque soit incapable de parcourir de longues distances et de suivre un seul groupe, ce qui expliquerait pourquoi Stumpy se 'greffe' à différents pods de façon temporaire. Il a été vu pour la dernière fois au large de l'Australie en 2008.

En 2013, Rainer Schimpf eut l'occasion d'observer une autre orque handicapée à qui il manque deux nageoires (la dorsale et la pectorale droite) se faire nourrir par d'autres orques, au large de Port Elizabeth en Afrique du Sud. Lire l'article du Daily Mail ici.

Crédit photo: Rainer Schimpf / Barcroft Media

Il y a des leçons à tirer de ces histoires. Si les orques font preuve d'autant de solidarité et sont capables de nourrir une orque "étrangère" qui ne peut chasser, l'argument selon lequel Morgan ne peut être relâchée à cause de sa surdité s'effondre, si tant est qu'elle en souffre vraiment et que cela ne soit pas seulement un prétexte élaboré par Loro Parque et SeaWorld pour continuer à l'exploiter. D'une part rien ne prouve que cela l'empêcherait de chasser d'autre part sa famille étant identifiée, ses congénères ne la laisseraient certainement pas mourir de faim!

Les orques ont encore beaucoup de secrets pour nous, mais une chose est sûre: ce n'est qu'en les observant dans leur milieu naturel que nous pourrons nous faire une meilleure idée de leurs capacités et de la complexité de leurs rapports sociaux.